Le droit de chacun

Il paraît que Peter Thiel, le type qui dit ça, est un génie. Ou encore Elon Musk. Ou encore tout un tas d’autres enfoirés de la Silicon Valley.
Ouais… Il paraît qu’ils sont tellement intelligents, que plus personne ne peut les contredire. De vrais philosophes qui sont en train de changer notre vie.
Je revendique comme droit fondamental de tout humain le fait de leur dire d’aller au diable. Physiquement.

Il n’est rien de plus bizarre en démocratie que d’entendre le commun des débiles dire: “la majorité l’a voulu, alors, il n’y a pas à discuter, faut appliquer”.
C’est manquer singulièrement de la plus basique et élémentaire des compréhensions que de penser une pénibilité pareille.
Plein d’exemples d’argumentations peuvent être trouvés, mais la plus pertinente, aujourd’hui qu’Israel est devenu un état de cinglés, vient de l’ancien juge de la cour suprême d’Israel, Aharon Barak, un homme par ailleurs exceptionnel. Je cite approximativement: “la loi fondamentale est là pour défendre les droits d’une minorité contre les décisions de la majorité”.
Autrement dit et de manière volontairement caricaturale, si la majorité décide “démocratiquement” l’extermination d’une minorité, la loi fondamentale l’en empêche.
On appelle cette loi “les droits de l’Homme”, l’espèce de truc qui sert à se torcher à tous les fachos, mais aussi à la plupart des peuples, dont le Français, qui se contentent finalement d’appliquer “la loi de moi”, du moins quand la fondamentale ne leur plaît plus assez et ne remplit plus leurs poches de quelqu’argent.
Mais là où ça devient rigolo, c’est quand un type comme Peter Thiel vient et dit: “La démocratie, c’est le mal, la technologie c’est la loi fondamentale. Et moi je suis son Dieu”.
Car il ne faut pas se leurrer, comme ces sectaires de geeks défoncés qui boivent ses paroles comme du petit lait: ces gars, Thiel, Musk, Page, Brin, Schmidt, Bezos et les autres, ils ne sont juste que des espèces de méga-parasites, tellement imbus de leur personne et sûrs de leur mérite, que seule l’idée d’immortalité peut satisfaire leur arrogance. Il paraît qu’ils y travaillent.
Donc, les petits gens qui croient vivre dans une démocratie, vont bientôt perdre même leur dernier argument pour maintenir le système dans l’état: l’idée que le système est juste. Ou peut-être quelqu’un leur dira qu’un ordinateur sait mieux choisir qu’eux ce que devrait être leur destin. Un ordinateur que leur vendront les suscités, au prix de l’esclavage présent et à venir.
Là, le lecteur se dit qu’il est tombé sur le site d’un complotiste, d’un illuminé, d’un allumé, que sais-je…
Non, vous êtes ici sur le site d’un gars qui considère que son droit fondamental est celui de ne pas se faire imposer un monde solutionniste, où la technologie est la réponse à tout et où ses gourous changent la Terre à leur guise, puis, une fois exsangue, la quittent pour aller foirer ailleurs.
Ici je revendique le droit de me révolter par tous les moyens contre la violence de ces imbéciles. Je revendique le droit de garder la Terre pour mes enfants, telle qu’elle était à ma naissance, à la naissance de mes parents, à la naissance de mes grands parents, et de tous mes ancêtres.
A tous ceux qui hurlent au progrès, je leur dit merde. Laissez-moi le droit de vivre la vie telle que la Nature me l’a offerte.
Bien sûr, vous, la majorité, pensez que parce que plus nombreux vous avez raison.
Bien sûr, vous n’allez pas vous arrêter. Vous ne pouvez plus vous arrêter.
Bien sûr, vos enfants vont en être victimes autant que les miens. Mais quand on rêve d’immortalité, que pèsent ses propres enfants face à cela ?
Bien sûr, je, nous, ne pouvons plus vous empêcher de tout détruire.
Il ne nous reste que la haine et le mépris. En attendant la sagesse de ne plus haïr, la patience de ne plus mépriser.
Et à ceux qui aurons lu ces lignes en rigolant, en continuant leur vie d’esclave comme le jour d’avant, je leur dit qu’ils n’auront que ce qu’ils méritent.
A voir l’Occident déprimé, les fossés remplis des poubelles des fêtards, le rire assourdissant cherchant à couvrir le vacarme du désastre, on se dit que la punition est déjà là. Et dire que les autres ne font que copier…